organisme logeur
foyer rémois
nos agences
demande de logement
intervention logement
paysages du champagne
paysages du champagne
afaq
Accueil - Qui sommes-nous ? - Notre histoire semée de distinctions

Depuis 1912, humanisme et innovation

C’est à une extraordinaire et fabuleuse énergie, celle de Georges CHARBONNEAUX, que Le Foyer Rémois doit sa création originale. Depuis presque cent ans, ses successeurs s’appuient sur de vraies valeurs humaines et sociales pour créer et gérer un habitat confortable et innovant.

Une vision humaniste et avant-gardiste du logement social

Georges CHARBONNEAUX fonde en 1912 une société anonyme d’Habitations à Bon Marché : Le Foyer Rémois.

Il rassemble autour de lui des Rémois, industriels ou commerçants désireux d’assurer aux familles nombreuses d’ouvriers et d’employés un habitat salubre, sain, hygiénique et économique, inexistant à l’époque pour cette population travailleuse qui vit dans des conditions extrêmement difficiles. Le Foyer Rémois achète des terrains en périphérie de la ville et construit 35 logements, puis 20 rue Brimontel et 20 boulevard Charles Arnould.

Georges CHARBONNEAUX lance les études pour construire trois petites cités-jardins, mais…
La guerre qui éclate en 1914 va endommager voire détruire ces premiers logements. Reims est quasiment anéantie.

Au lendemain de l’Armistice en 1918, plus que motivé par les nouveaux besoins d’après-guerre,
- relever les usines détruites,
- réparer les maisons endommagées,
- attirer et retenir la main d’œuvre nécessaire à l’industrie,
- bâtir en hâte nombre de logements ouvriers,
- reconstruire une région dévastée…

Georges CHARBONNEAUX relance les études d’un projet titanesque né en Angleterre : les Cités-jardins.

Objectif : construire 600 logements boulevard Pommery, « la Cité du Chemin Vert », et 400 logements boulevard Charles Arnould « la Cité des Trois Fontaines ».


Les Cités-jardin, des morceaux de paradis

Les premières Cités-jardins, des morceaux de bonheur

Il en a fallu des démarches pour réunir un prêt de la Caisse des Dépôts et Consignations
(500 000 F), une subvention de l’Etat (6 680 000 F) et un emprunt émis dans le public
(3 359 500 F).

Le Foyer Rémois s’étant engagé à réserver deux tiers de ses logements à des familles nombreuses, les premières d’entre elles emménagent dès 1921 dans le Sud-Est de Reims.

« La Cité du Chemin Vert »

L’architecte Jean-Marcel AUBURTIN crée, en pleins champs (boulevard Pommery aujourd’hui), un foisonnement de maisonnettes aux vives couleurs, une oasis de verdure et de fleurs qui abrite 617 logements en îlots de 2, 4, 6 ou 10 unités, 14 types de maisons différents. Le confort et l’esthétique sont exceptionnels pour l’époque : électricité, eau courante, tout à l’égout, WC avec chasse d’eau, cave ou cellier, jardin attenant, hangar pour les outils ou l’élevage de quelques volailles et lapins, etc.

A l’initiative du Foyer Rémois, de nombreux équipements collectifs ouvrent leurs portes :
- deux « centres alimentaires » et une société d’approvisionnement (boulangerie, boucherie),
- la maison commune (centre d’éducation et de loisirs, bains douches),
- la salle des fêtes (550 spectateurs),
- un cercle pour les hommes (jeux, journaux, boissons non alcoolisées, etc.),
- une école ménagère pour les jeunes femmes (cours gratuits et consultations),
- une bibliothèque et un bureau de poste,
- un groupe scolaire,
- et surtout, une Maison de l’Enfance (consultations, crèche, garderie), véritable centre de puériculture.

Une souscription ouverte auprès des catholiques de Reims va permettre la construction de l’église Saint-Nicaise, inaugurée en 1924 par le Cardinal LUCON, Archevêque de Reims. En 1922, 3 200 habitants (jusqu’à 3 780 en 1940) découvrent une autre vie, aussi confortable qu’agréable.

D’autres Cités-jardins vont fleurir entre 1923 et 1933…

… A proximité des quartiers industriels en périphérie de Reims :
- « la Cité Saint-Léonard », à proximité du Parc Pommery : 44 logements,
- « la Cité Mulhouse », en bordure de l’actuelle avenue Général de Gaulle : 78 logements,
- « la Cité Brimontel », quartier Saint Benoît : 67 logements,
- « la Cité du Parc d’Artillerie » : 60 logements,
- « la Cité du Chalet », au nord-est de Reims : 26 logements,
- « la Cité Cérès », rue de l’Atteignant : 81 logements,
- « la Cité des Trois Fontaines », boulevard Charles Arnould : 400 logements.
























Le Foyer Rémois I-mmocoop Prospect Développement & Territoires Foncière Développement Global Habitat